Manger du parfum ça vous tente ?

La haute gastronomie est désormais considérée comme un luxe à part entière, au même titre que la parfumerie et la haute couture. Parlez-en à Pierre Hermé, celui a qui été élu le Meilleur Pâtissier du Monde en 2016, et qui élabore ses créations gourmandes comme Karl Lagerfeld prépare ses collections tout au long de l’année. Il réalise au préalable des croquis de ses créations, respecte la saisonnalité des produits, s’entoure de designers pour réaliser des folles pâtisseries, créée des collections de gourmandises (pâtisseries, macarons, chocolats) plusieurs fois dans l’année…  Il a même été nommé « le précurseur de la pâtisserie de haute couture ».

La pâtisserie française, qui fait partie intégrante de notre patrimoine culinaire depuis des siècles, n’avait jamais fait autant parler d’elle que ces dernières années. Longtemps cachés derrière les grands noms de la cuisine, les pâtissiers ont réussi à s’imposer depuis quelques années maintenant grâce à leur talent mais surtout leur audace. L’audace des formes, des couleurs, des mariages de textures, de goûts… proposer des revisites de classiques de gourmandises mais aussi depuis quelques années des saveurs étonnantes comme le chocolat fumé, le yuzu, le matcha…

Copyright: Pierre Hermé Paris

Le luxe en général n’est pas seulement lié au produit lui-même mais plutôt à tout ce qui l’entoure : le rêve, l’histoire et l’Histoire, la satisfaction du client, l’accueil… L’univers dans lequel nous achetons un produit et le storytelling lié à ce produit sont deux éléments importants, qui constituent l’expérience client, qui doit être bonne dans tous les cas. Philippe Conticini, qui a crée la Pâtisserie des Rêves (il l’a quitté depuis et n’est plus que consultant) a su créer une atmosphère délicieuse pour vendre ses pâtisseries. Le concept ? Une seule douceur de chaque pâtisserie est présentée sous une cloche transparente, faisant apparaitre la pâtisserie comme un joyau. Elle est ainsi sublimée et va totalement à l’encontre d’un sentiment de profusion, souvent utilisé dans le mass-market.

Copyright: DR

A l’heure de l’audace culinaire et de l’avènement de la pâtisserie, il était normal que je vous parle d’une tendance qui dure depuis quelques années déjà : traduire un parfum en pâtisserie. Certains grands pâtissiers ont réussi à mêler la parfumerie et la pâtisserie. Un dessert à la Petite Robe Noire de Guerlain ça vous tente ? Non, alors peut-être qu’une bûche de Noël à l’Eau d’Hadrien de la maison Annick Goutal vous plaira davantage ? « Comment ?! Des pâtisseries comestibles à base de parfum ? Mais le parfum ne se mange ni ne se boit ! Les pâtissiers ne sont-ils pas tombés sur la tête ? » me direz-vous…

Non, je ne me permettrais pas de raconter des sottises ! Il ne s’agit pas là d’un énième produit cosmétique à la saveur de brioches, de bonbons ou de caramel comme le font souvent aujourd’hui les marques. Je ne vais pas non plus vous parler de la collab’Pierre Hermé/ L’Occitane en Provence réalisée en 2015 qui a donné naissance à une collection de produits pour le corps (lait hydratant, crème pour les mains, eau de toilette…)disponible en édition limitée aux saveurs de Jasmin-Immortelle-Néroli, Pamplemousse-Rhubarbe et Miel Mandarine.

Copyright: L’Occitane

Pierre Hermé a le nez fin mais c’est surtout le précurseur de cette tendance des pâtisseries aux parfums !

Avez-vous déjà goûté à la célèbre tarte pêche-rose-cumin de Pierre Hermé ?   C’est du Rochas à croquer ! En effet, Pierre Hermé adore les challenges et par-dessus tout sortir des sentiers battus. En 2012, il travaille avec Jean-Michel Duriez, le nez de la parfumerie Rochas pour transformer en version comestible le célèbre parfum Femme de Rochas, un chypre fruité où se mêlent la rose, la pêche, le cumin mais aussi les épices et le patchouli. De ce parfum, Pierre Hermé a élaboré une tarte pêche, rose et cumin, agrémentée d’une crème d’amande infusée à la rose, de pêches jaunes, d’une pointe de cumin, le tout sur une base de pâte sablée. Miam !

Cette tarte fait désormais partie de ses best-sellers et se positionne juste derrière le Mogador et l’Ispahan, au rang de meilleures créations de Pierre Hermé. Il n’en est pourtant pas à son premier essai. En 2002, il avait réinterprété la fragrance Shalimar et s’était intéressé à l’Eau Sensuelle de Rochas.

Il y a deux ans, le pâtissier Christophe Appert du célèbre salon de thé parisien Angelina, a traduit les senteurs de l’Eau d’Hadrien de la maison Annick Goutal, en une bûche de Noël qui a éveillé les papilles. Un socle en biscuit shortbread, une compotée de citron jaune, vert, yuzu et basilic adoucit par une mousse à la vanille de Madagascar et à la fleur d’oranger. Pour le côté « couture », une coque en chocolat représentant un papillon, l’emblème du parfumeur Annick Goutal  vient surmonter cette bûche parfumée. Ainsi, pour 70€, il était possible de manger l’Eau d’Hadrien !

Copyright: Angelina Paris

Le pâtissier chocolatier Arnaud Larher s’est quant à lui inspiré du parfum Noir Exquis de l’Artisan Parfumeur pour créer un dessert à la demande de ce dernier afin de célébrer la sortie de sa nouvelle eau de parfum. Cette composition parfumée aux notes de café, de sirop d’érable, de fleur d’oranger et de marron glacé a inspiré le Meilleur Ouvrier de France qui a retranscrit cette partition olfactive par une tartelette de pâte sablée vanillée surmontée de marmelade d’orange, de ganache au café, de biscuit au sirop d’érable.

En 2014, la maison Fauchon, spécialisée dans les éclairs, s’est elle aussi prêtée au jeu en réinterprétant l’Eau Sucrée de Thierry Mugler. A l’intérieur de l’éclair, où retrouve les senteurs gourmandes de la nouvelle eau de toilette avec une crème marbrée pralinée aux amandes et chocolat amer qui contraste avec un crémeux à la vanille Bourbon de Madagascar, une pointe de citron jaune et de caramel.

Copyright: Fauchon

En 2013, « Le 68 Guy Martin » a ouvert ses portes dans un lieu insolite : la parfumerie Guerlain sur les Champs-Élysées. Une collaboration entre la gastronomie et la parfumerie, qui met un point d’honneur à montrer que ces deux mondes peuvent être facilement liés. Guy Martin, étant un passionné de parfums, a collaboré étroitement avec Thierry Wasser, parfumeur chez Guerlain afin de créer un menu au goût de parfum. On retrouve dans ce menu un dessert dédié au parfum « La Petite Robe Noire » intitulé « Le Mont Rose » à base de vanille, de rose et de fèves Tonka. Un salon de thé est également disponible au « 68 Guy Martin » et propose aux amateurs de thé de déguster des mélanges inspirés des parfums de Guerlain. Il est ainsi possible de déguster  avec son entremet La Petite Robe Noire le thé LIU, un thé vert au parfum de jasmin ou encore le thé Shalimar un mélange de thé vert et de thé noir de Chine et du Sri Lanka aux arômes de vanille, de cardamome, de bergamote, de cannelle et de lavande.

Copyright: Le 68 Guy Martin

En dehors de la pâtisserie, le monde de la boisson s’y met aussi ! En 2014, le Ritz Carlton Berlin a ouvert son Fragrances Bar dans lequel on peut y déguster des cocktails inspirés des plus grands parfums. Aucune goute de parfum mais un savant mélange d’ingrédients qui donne l’impression de boire le parfum (mais en meilleur !)

Copyright: Ritz Carlton
Publicités

Un commentaire sur « Manger du parfum ça vous tente ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s